Participation libre, consciente et joyeuse

Je m’inspire de la participation libre et consciente proposée par l’Université du Nous. J’y ajoute le fait de nommer les inégalités de revenus, la possibilité de contribuer de manière non-financière et la joie ! Je m’inspire aussi de Miki Kashtan, formatrice CNV qui vit aux Etats-Unis.

Ma vision de la « contribution libre, consciente et joyeuse »

Être en cohérence

Je suis dans une grande colère en entendant des ami·es me dire que ça a l’air intéressant, la CNV, mais que quelque chose se ferme quand je leur dis que les WE coûtent pour la plupart 220 euros, et qu’il est possible de demander de payer moins aux formateur·ices. Je crois que ce prix fixe à un effet pervers : celui de rendre impensable pour une partie des gens ces stages : « C’est pas pour moi ». J’ai de la chance d’avoir été soutenu par ma famille dans mon rêve, d’être né dans une famille avec des ressources financières pour me permettre de suivre le parcours de certification. A présent je souhaite changer de paradigme pour vivre aligné avec mes valeurs d’inclusion en proposant tout ce que je fais en participation libre, consciente et joyeuse.

Le rêve de Marshall Rosenberg, fondateur de la CNV est de « favoriser l’élan du coeur et nous relier à nous mêmes et aux autres, laissant libre cours à notre bienveillance naturelle ». En laissant un prix libre, je veux permettre aux personnes et organisations qui ont plus facilement accès à l’argent de donner plus et celles qui ont moins de donner moins, en accueillant la culpabilité et la honte qui peuvent émerger. J’aimerais que l’argent que je reçois me soit donné par enthousiasme à soutenir ce que je fais. J’aimerais que les ressources, comme dans la nature, aillent spontanément nourrir des besoins et ne soient pas accumulées. J’aimerais que vous considéreriez l’accompagnement ou la formation à laquelle vous avez participé comme un cadeau des personnes précédentes et que vous donniez par joie à permettre à d’autres puissent en bénéficier.

Je vous partage comment je vois la réalité. Pour une maman seule qui touche le SMIC, 50 euros, c’est la totalité de dont elle dispose à la fin du mois. Pour une personne seule qui gagne 2500 euros par mois, cinquante euros correspond peut être au vingtième de ce qu’elle dispose à la fin du mois. Une personne qui possède 1000 euros de patrimoine peut participer à 5 WE de formation à 200 euros avant d’être dans le rouge. Une personne qui possède 20 000 euros peut participer à 100 WE de formations avant d’épuiser son compte. Je crois que les différences de salaires et de patrimoine sont aussi liées aux endroits où nous sommes né.e.s, plus qu’à nos efforts personnels.

Il s’agit pour moi de cohérence : je veux essayer d’incarner une manière de prendre en compte mes besoins et ceux de tous les êtres, humains et non-humains. Or, je crois que du fait du capitalisme et du patriarcat, certains groupes et personnes sont systématiquement mis dans une position dans laquelle il leur est plus difficile de nourrir leurs besoins. C’est une manière pour moi d’aligner ce que je fais et comment je le fais. par le passé, j’ai reçu 10 euros et 300 euros pour un WE de formation: je ne sais pas quel est le plus beau cadeau.

Comment ça se passe?

La participation est versée à la fin de la formation ou de l’accompagnement. Sont annoncés:

  • Les coûts engagés pour la formation ou l’accompagnement (transport – matériel)
  • Ce à quoi servira concrètement l’argent – les besoins nourris pour moi –
  • Le fait que nous avons un accès à l’argent très différent en fonction de nos situations sociales.
  • Après la formation, je donne le montant total récolté et je célèbre les besoins nourris !

A quoi sert l’argent?

  • Dix euros c’est mon budget nourriture d’une ou deux journées – la moitié de mon abonnement téléphone
  • Cinquante euros c’est – une semaine de loyer – les réparations annuelles pour mon vélo – Mon bol tibétain
  • Me donner cent euros – dix jeux de cartes « émotions et besoins » – mon abonnement pour un an au Qi Gong – un an d’abonnement pour ce site web
  • Me donner deux cents euros – mon budget nourriture sur un mois – un WE de formation à la CNV pour moi en tant que participant
  • Me donner sept cents euros – mon autonomie sur un mois
  • Me donner mille cinq cents euros – mon autonomie sur deux mois – quatre mois de loyer

Donner autre chose que de l’argent

J’accepte avec joie la monnaie libre G1. Je suis également très ouvert à recevoir d’autres choses que de l’argent. J’ai ainsi commencé une liste de « ce dont je rêve » :

  • Un gîte ou une propriété avec un ensemble de maison où des ami.es du groupe des « Lucioles » pourrions investir pour en faire une sorte d’ashram de la transformation intérieure et politique, en fonctionnant en participation libre, consciente et joyeuse ! Un lieu de vie, d’accueil de stages divers où des gens puissent se (re)trouver, grandir, sans que ça leur coûte un bras.
  • Une formation à la facilitation graphique
  • De beaux objets créés de vos mains
  • Une formation en soin énergétique (Reiki, Qi Qong médical, …)
  • Un soin énergétique si vous êtes compétent.e.s !
  • Des jeux de sociétés
  • Monter une vidéo de deux minutes avec des témoignages de participant.es
  • Des stages de chants ou de danse
  • Des séances compétentes d’accompagnement individuel (internal family system, Maïeusthésie, théorie Polyvagale…) pour moi
  • Des bons légumes et fruits
  • Un accompagnement compétent pour éditer un livre !
  • Toute autre chose est bienvenue, demandez moi!

J’ai adoré la manière de présenter la participation libre, consciente et joyeuse d’Etienne. Etant impliqué dans pas mal d’associations et de mouvement militants, ça m’a inspiré sur une autre manière de faire que le prix libre qu’on pratique habituellement, où on se retrouve souvent avec trop peu à la fin!

Emilio, participant à un WE de formation


Vous voulez rester en contact?

%d blogueurs aiment cette page :